Pour rallier Singapour à New York, la compagnie singapourienne a acheté un Airbus doté de réservoirs géants, l’A350-900 Ultra Long Range. Singapore a aussi choisi de supprimer la classe éco dans cette version d’avion, pour privilégier le confort.

Supporteriez-vous de rester 19 heures dans un tube de 67 mètres de longs qui fonce à 900 km/h au dessus du Pacifique? La compagnie asiatique Singapore Airlines l’espère. Elle va inaugurer jeudi 11 octobre le vol le plus long du monde: 10.400 km entre Singapour et New York, parcourus en près de 19 heures. Jusqu’à présent le vol le plus long opéré par Qatar Airways reliait Doha à Auckland en Nouvelle-Zélande pour une durée de 17 heures et 40 minutes.

Pour réaliser cette nouvelle prouesse, Singapore s’est appuyé sur les innovations technologiques des constructeurs d’avions. Cette ligne avait en effet été déjà exploitée par la compagnie jusqu’en 2013 avec un Airbus A340. Mais la flambée du baril de pétrole avait contraint la compagnie à la fermer, cet avion doté de quatre moteurs étant extrêmement gourmand en kérosène.

L’avionneur européen a donc mis au point une version spéciale de son nouvel A350-900 dont les réservoirs permettent de réaliser ce vol sans escale. Cette version baptisée Ultra Long Range consomme en effet 25% de kérosène en moins que l’A340 et peut décoller avec, dans ses réservoirs, 165.000 litres de kérosène soit 24.000 litres de plus que l’A350 classique.

Singapore Airlines inaugure jeudi le vol le plus long du monde dans un A350 totalement repensé dans News article-09-10-5-300x201

Disposer d’un avion capable de voler aussi longtemps c’est bien, mais comment rendre ces 19 heures passées à bord supportables pour les passagers? En classe éco, l’exiguïté des sièges exige en effet que les passagers puissent se dégourdir régulièrement les jambes, notamment pour éviter les risques de thrombose. Leur imposer un vol aussi long en position assise et coincés les un à côté des autres n’a donc pas été jugé raisonnable par Singapore. La compagnie a donc choisi de sacrifier la classe éco.

L’Airbus en question transportera 161 passagers contre 253 normalement dans un A350-900 classique. Il comprendra 67 places en classe business dans une configuration de sièges (1-2-1) permettant à chaque passager d’accéder au couloir sans déranger son voisin, ainsi que 94 places en classe économique « premium » dans une configuration 2-4-2. Et qui dit moins de sièges dit plus de place. Les fauteuils de la classe éco premium ont une largeur de 48 cm et disposent d’un repose mollet qui permet de profiter d’un espace pour les jambes bien plus important qu’en classe éco.

Mais Singapore assure aussi avoir insister sur la restauration à bord pour rendre la durée plus supportable. Le traditionnel « chicken or pasta » proposé par les compagnies en éco sur les vols longs courriers promet d’être un peu plus raffiné. Le menu « Wellness » (« Bien-être ») proposera un ceviche de crevettes, du poulet bio et des pappardelles (grosses pâtes italiennes) aux courgettes. Mais les gourmets pourront aussi commander à l’avance des plats plus haut de gamme comme le homard thermidor ou une entrecôte saisie.

article-09-10-8-300x201 A350 dans News

Et pour passer le temps, la compagnie a musclé son offre multimédia avec 200 heures de films et séries de plus que les 1.000 heures habituellement proposées. Les accros à Facebook pourront avoir accès au wifi mais il leur faudra payer 28 dollars pour 200 Mo.

Et combien faudra-t-il débourser pour passer 19 heures dans cet A350 entre Singapour et New York? Les tarifs dépendront de la date choisie pour le vol et du moment où la place aura été réservée. Pour un aller simple mi-janvier en éco premium, la compagnie facture par exemple 2024 dollars singapouriens soit 1272 euros. Guère plus au final qu’un vol en classe éco avec escale sur cette même compagnie facturé 1812 dollars singapouriens (1139 euros) aux mêmes dates.

SOURCE

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par axileo
Charger d'autres écrits dans News

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Visual Studio Code débarque sous Windows, Linux et OS X

Un éditeur de code .NET de la gamme Visual Studio multiplateforme ? C’est ce que propose a…