ARM, une technologie essentielle pour la conception des smartphones

Le grand public ne connait pas ARM, et pourtant… L’entreprise distribue, sous licence, une technologie essentielle utilisée pour la conception des micro-processeurs, et plus précisément des SoC (system on a chip). Il s’agit du cœur des smartphones et des tablettes : ces puces contiennent le(s) micro-processeur(s), la mémoire, des capteurs… bref, les composants informatique de base.

ARM domine largement son concurrent Intel (x86) sur le marché des smartphones, grâce à son architecture compatible avec la plupart des systèmes d’exploitation : iOS, Linux (et donc Android), Windows, BlackBerry OS, Symbian et même les systèmes des consoles PlayStation Vita et Nintendo Switch. La plupart des constructeurs basent donc leurs processeurs sur l’architecture ARM : Apple, Samsung, Qualcomm (Snapdragon)… et Huawei, via sa filiale HiSilicon, pour ses SoC Kirin.

Le coup de grâce pour Huawei ?

Huawei avait fait le choix de concevoir ses propres puces, les SoC Kirin. La firme chinoise souhaitait ainsi se passer des services de Qualcomm, au cas où ses relations avec les sociétés américaines soient compromises. Les Soc Kirin s’appuient sur ARM, une entreprise britannique… qui utilise des technologies américaines. C’est pour cette raison qu’ARM a décidé de couper ses relations avec Huawei, comme le rapporte la BBC.

Pour Huawei, travailler sans Google était déjà un immense défi. L’entreprise chinoise est contrainte de développer son propre système d’exploitation et éprouvera de nombreuses difficultés pour remplir son magasin d’applications, étant donnés les développements nécessaires sur les applications mobiles. La rupture des relations commerciales avec ARM pourrait être assimilée à un coup fatal pour Huawei, tant il sera difficile de se passer de l’architecture ARM. Intel étant une entreprise américaine, Huawei ne pourra pas non plus envisager la conception de micro-processeurs x86.

Au tour des opérateurs d’abandonner Huawei qui rate plusieurs lancements

L’opérateur anglais EE organisait un grand événement hier pour le lancement de son réseau 5G dont la commercialisation effective débutera le 30 mai. Pour accompagner ce lancement, l’opérateur a bien sûr présenté une vague de premiers smartphones compatibles.

Dans la liste on retrouve les téléphones suivants :

Le grand absent est bien sûr Huawei, qui aurait dû pourtant en faire partie avec le Mate X, à la fois son premier smartphone pliable et son premier smartphone 5G.

Huawei rate des lancements majeurs

L’opérateur britannique n’est pas le seul à exclure Huawei d’un lancement important. Bloomberg rapporte que les opérateurs NTT Docomo, KDDI et YMobile au Japon ont annoncés l’annulation des précommandes du P30 Pro dont la commercialisation devait bientôt commencer.

L’opérateur taïwanais Chunghwa Telecom a également annulé ses commandes pour de nouveaux smartphones Huawei.

En France et en Europe, c’est le lancement des Honor 20 et Honor 20 Pro qui a été compromis en raison de la décision américaine.

SOURCE 1

SOURCE 2

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par axileo
Charger d'autres écrits dans News

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Avec BrainNet, trois personnes peuvent désormais communiquer par la pensée.

Une équipe de l’université de Washington a mis au point une interface qui permet aux cerve…